Photo : Roberto Frankenberg

Raphaëlle Reeves-Ribière récemment arrivée à la Tonnellerie Baron en tant que Responsable QSE, a poursuivi une licence de biologie au Canada, avant de se diriger vers l’agroalimentaire avec un intérêt particulier pour la filière vins & spiritueux, lors de son arrivée en France, en 2015. Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieure agroalimentaire avec une spécialisation alimentation et santé, obtenu à l’Institut polytechnique UniLaSalle de Beauvais. En 2018, elle rejoint la Maison Martell à Cognac comme Ingénieure Qualité. Depuis le mois de mai 2021, elle fait partie de l’équipe Baron et nous dévoile les enjeux et les challenges de son poste.

Raphaëlle, quelle ligne de conduite as-tu en tête au quotidien pour accomplir ta mission ?

– Comme l’intitulé de mon poste l’indique, je suis en charge de la Qualité, mais aussi de la Sécurité et de l’Environnement.

L’objectif numéro 1 est bien sûr de s’assurer que le client reçoive un produit conforme à notre promesse et à ses attentes : une barrique sans défaut, gage d’un élevage de qualité et d’excellence aromatique pour les vins et les spiritueux … Et pour cela la Tonnellerie Baron n’a pas attendu mon arrivée ! Le travail sur la qualité et la traçabilité est en marche, nous gagnons désormais en précision et proposons de nouvelles innovations :

  • Garantie sans TCA détectables en sortie de production (100 % analysée).
  • Contrôle qualité tout au long de la production (conformité de chauffe, test d’étanchéité, adéquation totale au cahier des charges du client).
  • Forage équipé d’un filtre à UV et d’un filtre à charbon pour assurer la pureté de l’eau sur les opérations de cintrage et d’échaudage.
  • Mesures atmosphériques pour garantir la qualité de l’air dans le lieu de stockage des barriques.

 

« L’entreprise est très active,

les choses bougent rapidement

et les décisions se prennent facilement. »

Et concernant l’environnement ?

– L’enjeu qui guide mon quotidien et celui de s’approcher voire d’atteindre la neutralité carbone de la tonnellerie d’ici à 2025 en réduisant et compensant nos émissions de CO2.

Pour atteindre cet objectif, je me suis basée dans un premier temps sur l’état des lieux de notre bilan carbone (effectué en 2019) afin d’identifier les sources d’émissions les plus importantes, soit les transports et l’accès aux matières premières.

Ma mission est désormais de trouver des alternatives, discuter avec nos fournisseurs (édition d’une charte CO2) pour les convaincre de s’engager dans la même démarche que nous et ensemble, progresser.

Nous étudions toutes les possibilités : réduction, captation, compensation en consolidant nos actions autour de ces priorités : revoir nos habitudes de consommation, surveiller la gestion de nos espaces verts, vérifier le traitement de nos déchets, gérer tous les impacts du site de production de la tonnellerie sur l’environnement pour être capable d’attester de la bonne gestion.

Quels arguments utilisez-vous pour convaincre les prestataires et les clients d’adhérer à toutes ces démarches ?

– En effet, ce n’est pas facile, mais la demande est en constante augmentation, nous ne sommes pas les seuls à demander des efforts et nos prestataires ont conscience aujourd’hui de la nécessité de s’y mettre. On remarque que les fournisseurs proposent de plus en plus d’alternatives écologiques à leurs clients et on aimerait vraiment arriver à sensibiliser tout le monde. L’objectif est de réussir conjointement, sans avoir à renoncer à certaines collaborations.

Et sur le plan de la sécurité ?

– Notre plus grande priorité au niveau de la sécurité concerne évidemment celle des employés sur site et aussi des visiteurs (clients et prestataires). Ma mission est de sécuriser le site, d’offrir un environnement de travail adapté et sans danger pour les salariés et les visiteurs, de s’assurer de la bonne aération en faisant des tests d’atmosphère, fournir les bons outils, les vêtements et équipements de protection et une bonne signalétique.

À la tonnellerie, on sensibilise régulièrement les employés sur les gestes de sécurité à adopter. On les forme également pour les tâches à effectuer en hauteur afin d’être sûr de leur capabilité. Munis des certifications, les employés et la tonnellerie sont protégés en cas d’accident et je travaille conjointement avec les ressources humaines sur ces aspects-là.

Mon plus grand défi par rapport à la sécurité reste la sensibilisation des employés de la production. Ils travaillent à leur poste depuis longtemps avec tout le savoir-faire que cela nécessite, ils sont très compétents et savent ce qu’ils font et ils imaginent que le risque d’accident est assez faible. Ils ont effectivement raison, mais il existe quand même. Je suis là pour mettre certaines choses en place et pour protéger nos employés.

Un vœu pour l’avenir de la tonnellerie ?

– Que la Tonnellerie Baron soit incontournable à l’élevage des grands vins et spiritueux et qu’elle dispose d’une politique environnementale à la pointe ! Je suis très confiante pour l’avenir de la tonnellerie car il y a cette volonté d’être précurseur sur les sujets du développement durable et de l’écologie.

Nos principales actions en faveur de l’environnement et de la qualité de vie au travail :

OBJECTIF 2025 : LA NEUTRALITÉ CARBONE !

 

Le souci de la préservation de l’environnement, tout comme celui du bien-être des femmes
et des hommes qui font vivre l’entreprise, constituent un des piliers de la Tonnellerie Baron. Résolument engagée dans une démarche de développement durable et de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), la Tonnellerie Baron a mis en place depuis plusieurs années une série d’actions :

Réintroduction de la biodiversité sur le site :

  • Extension du site historique de production de 5 000 m2 (1997) à 10 ha, intégralement converti en refuge Entreprise “ Ligue de Protection des Oiseaux ”.
  • Implantation d’un lac de 3 000 m2 pour enrichir de la biodiversité du site, récupérer les eaux de pluie et constituer une réserve à incendie.
  • Création d’un arboretum de 10 000 arbres sur 8 ha avec une collection de 48 espèces de chênes rares.

Réduction des rejets de CO2 :

  • Intégration de la merranderie sur le site de production pour optimiser le transport de la matière première.
  • La Tonnellerie Baron met à disposition des salariés des véhicules électriques pour encourager le covoiturage propre sur les trajets domicile-travail.
  • Remplacement de toutes les sources lumineuses de l’entreprise par des éclairages LED basse consommation.
  • Optimisation du parc machines de merranderie et tonnellerie pour réduire les consommations énergétiques.

Site de production alimenté à 100 % par les énergies renouvelables :

  • Consommation sur site de l’énergie produite par notre installation PV (photovoltaïque), complétée par notre fournisseur Enercoop (certifié 100 % énergie verte).

Gestion des ressources forestières et réduction de l’impact environnemental

  • 45 000 arbres plantés depuis 2018 avec le fonds de dotation Plantons pour l’Avenir,
  • 10 000 arbres plantés en 2021 constituant l’arboretum de la Tonnellerie (à but environnemental, expérimental et pédagogique). Soit un potentiel de séquestration de 550 T de CO2 par an.

Le + : l’implication de clients partenaires dans la démarche de séquestration carbone qui mettent à disposition leurs parcelles arrachées ou non exploitées pour participer à l’élan collectif des acteurs de la filière en faveur du développement durable.

 

UNE ENTREPRISE ENGAGÉE POUR SES SALARIÉS

Favoriser la convivialité 
La création d’un réfectoire avec une cuisine collective en bordure d’étang pour renforcer la cohésion et l’esprit d’équipe.

Sensibiliser au « manger mieux »
La plantation d’un potager Bio pour alimenter chaque semaine, 60 familles en produits frais.

Former les futurs artisans
Une politique de formation et apprentissage aux métiers de la tonnellerie, une mission de transmission pour préserver l’amour du geste et la maîtrise d’un savoir-faire artisanal dans le plus grand respect de la matière première et d’une nature généreuse.